Les riverains

La vieille

J'ai vu cela si souvent, au mois de Juillet, en allant rendre visite à mon autre voisin le peintre, que je n'oublierai jamais l'aspect triste et féroce de ce paysage embrasé par le temps et l'âge de sa propriétaire.

De place en place, les carcasses de voitures et d'objet oubliées depuis des années fumaient au soleil comme d'immenses tankers, gardant tout au fond un reste de vie qui s'agitait, un grouillement d'essence, d'huile, de liquide de refroidissement et autres, cherchant des coins humides, un semblant d'existence.

Il y avait là un air de cimetière, une brume de miasmes lourdement flottante qu'épaississaient encore d'innombrables tourbillons de moustiques rayés et agressifs.

Voici la suite du cinquième chapitre des contes de Villa Rossa qui seront tantôt disponibles avec Saga, en ebook sur Store-dpFashion, la boutique de scripts et de livres électroniques à prix réduits des éditions dpFashion :

Pour consulter les Editions dpFashion, cliquez ici!

Merci à tous.