L'abbé du V120

C’était un long sentier tout pavé de braise rouge et de flammes au reflet bleuté. Je chancelais comme si j’avais bu; à chaque pas difficile, je trébuchais; j’étais tout en eau, chaque recoin de mon corps avait sa goutte de sueur, et je haletais de soif, regrettant le distributeur à boisson du V120... Mais, toute foi, grâce aux sandales que le bon saint Pierre m’avait prêtées, je ne me brûlai pas les pieds.

Quand j’eus fait assez de pas clopin-clopant, je vis à ma main gauche non pas une porte comme les fois précédentes... Non, un portail, un énorme portail en fonte, tout bâillant, comme la porte d’un grand four. Oh! Mes aïeux, quel spectacle! Là, pas de saint homme ou d'ange pour vous demandez votre nom; là, point de registre. Par fournées et à pleine porte, vous entrez là, mes frères et mes soeurs, comme vous entrez dans un moulin ou un TER!

Voici la suite du quatrième chapitre des contes de Villa Rossa qui seront tantôt disponibles avec Saga, en ebook sur Store-dpFashion, la boutique de scripts et de livres électroniques à prix réduits des éditions dpFashion :

Pour consulter les Editions dpFashion, cliquez ici!

Merci à tous.