Le vagabond

Mais sur l'heure, nul n'entend les tanks qui, roulent dans la cour; seulement dix grands lansquenets médicaux, la serviabilité au poing, sont rangés adroitement dans la chambre. Ce sont de gros nounours aux cheveux poivres et sels.

Le petit vagabond bat des mains lorsqu'il les voit, en reconnaît un et l'appelle :

- Ludo! Ludo!

Du coup, l'aide soignant fait un pas vers le lit et l'ex-clochard lui dit à refrain :

- Je t'aime bien, mon vieux Ludo... Fais voir un peu tes grosses mains... Si la mort veut me prendre, il faudra la tuer avec, n'est ce pas?

Et Ludovic répond :

- Oui, monseigneur...

Et il a deux grosses larmes qui coulent sur ses joues tannées d'homme bon, ayant donné sa vie pour aider celle des autres.

Voici la suite du troisième chapitre des contes de Villa Rossa qui seront tantôt disponibles avec Saga, en ebook sur Store-dpFashion, la boutique de scripts et de livres électroniques à prix réduits des éditions dpFashion :

Pour consulter les Editions dpFashion, cliquez ici!

Merci à tous.


Pour acheter les produits ou devenir distributeur :