Ce bon docteur Freud nous l'a enseigné, lorsque vous êtes un homme, une pulsion naturelle vous pousse, lorsque vous devenez parfaitement autonome, à mettre à distance sa sponsor, qui représente le tabou de l'inceste, et inversement son sponsor, lorsque vous êtes une femme.

Mais comment savoir où se situe la bonne distance?

Comment cohabiter avec l'ancien débutant qui voudrait, de son côté, conserver sa place de nouveau près de son sponsor chéri?

Vous retrouvez ainsi, sur votre chemin, le sempiternel problème de l'identité sexuelle, qui est toujours et décidément, bien au coeur d'une grande partie de vos ennuis d'adulte.

Vous n'êtes d'ailleurs pas les seuls concernés par ces turbulences.

Bien des sponsors hommes ont du mal à accepter que leur recrue ne soit plus leur louloute adorée.

Bien des sponsors femmes voudraient encore tenir la main de leur downline qui les dépasse d'une assemblée de par les capacités.

Il y a un important malaise dans la communication, car votre indépendance fait remonter à la surface les vieux échos de la leur.

Elle sonne aussi le glas d'un certain type de relation, dont ils doivent faire le deuil.

Un deuil lourd de symboles, voir ses dowlines grandir, c'est déjà commencer à vieillir; les savoirs capables de recruter à leur tour, c'est déjà se sentir futur grand-père ou grand mère, même si c'est le but ultime de tout marketing de réseau.